Rechercher

L'histoire de Constantin

Le projet Constantin, c’est d’abord des rencontres ( ;) ), beaucoup de passion, et quand même un peu de foi (grosse comme un grain de moutarde) !


Tout commence un dimanche après-midi du mois d’août à Bruxelles (et non ce n’est pas le début d’une bonne blague belge ;)).

Amaury notre fondateur et artiste à ses heures perdues fait comme à son habitude le tour d’une fameuse brocante bruxelloise à la recherche des bonnes affaires. Avançant de stand en stand, il s’aperçoit que nombreux sont les vendeurs qui proposent des crucifix, des chapelets et des objets religieux en tout genre...

Le cœur attristé par cette curieuse constatation, Amaury ne peut s’empêcher de s’interroger : “en tant que chrétien, comment peut-on rester insensible au délaissement par notre monde de l’image du Christ ? Comment peut-on accepter de voir l’image de nos saints et de notre Dieu, en vente pour 5€, poussiéreuse à souhait, entre une ancienne version de La Bonne Paye a peine complète et un vieux carton de vêtements pour bébé 0-3 mois ? C’est quand même notre patrimoine religieux !”

Son sang ne fait qu’un tour : “Je ne peux pas le laisser ici, je ramène le Christ à la maison (eheh

;))”. Banco, il achète, dans l’après-midi, près d’une dizaine de crucifix.


Problème : Amaury se dit avec plein de bon sens : “j’ai pu racheter 10 crucifix aujourd’hui mais je vais difficilement pouvoir racheter tous ceux que je vois sur les brocantes et vide-greniers que je parcours ! Et puis chez moi, ils vont aussi finir dans un placard. 2 ou 3 crucifix me suffisent pour mon studio, mais 10, ça fait beaucoup ! Autant le remettre à ceux qui en ont besoin !”



Lui vient alors une idée : pourquoi ne pas redonner à ces vieux objets religieux un petit coup de jeune et les revendre à des chrétiens qui en feront bon usage ? L’argent récolté servirait ainsi à couvrir les frais de rachat d’autres crucifix qui trainent encore et ne servent plus !


En quelques jours, cet ancien étudiant en école de commerce peaufine son offre, achète le matériel nécessaire à la rénovation des crucifix, consulte, enquête et crée ainsi... le projet Constantin !




Et qu'est devenu le projet Constantin ?


Deux ans plus tard, Constantin a bien grandi. A l'heure ou nous écrivons cet article, nous avons été en mesure de restaurer et redistribuer près de 150 crucifix à travers la France. Une belle première étape de franchie !

Cela n'aurait jamais été possible sans le soutien des nombreux médias qui ont relayé rapidement notre initiative dès le début de l'aventure, à commencer par Aléteia et La Vie.


Revenu en France après ses quelques mois à Bruxelles, Amaury a recruté auprès de lui 3 amis aux compétences diverses qui sont venus renforcer le développement de l'association, dont les statuts ont été déposés en mars 2020...un bonne période pour lancer une activité !


Quelques confinements plus tard, la mission reprend à Lyon dans notre atelier maison. La rentrée 2021 est marquée par le lancement d'une nouvelle collection : Les Fêlés, inspirée par cette béatitude originale : Heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière. une ode à l'imperfection, particulièrement mise en lumière dans les objets que nous collectons et que nous avons décidé de mettre en avant.


Mais la mission n'en est qu'à son début: de beaux projets vont prochainement voir le jour (élargissement de la mission à d'autres objets religieux, partenariats avec des belles associations au rayonnement national...il y aura de très belles choses en 2022 !).







10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout